шаблоны сайт визитка joomla
Скачать шаблоны Joomla 3.5 бесплатно
jeudi 15 novembre 2018
Source : lhorizoninfo.com/Photo/DR

Capitale Jérusalem / Les raisons historiques de la décision de Donald

 

Polémique autour de la décision de Trump/ Lumière sur le statut de Jérusalem (en un trait)

Par Jean Boa (Chercheur)

 

En décembre 2017, Donald Trump, président des États-Unis, reconnaît Jérusalem comme capitale d'Israël, déclenchant une vague de critiques de la part de la communauté internationale. Il veut aussi déplacer l’ambassade des Etats unis à Jérusalem.

 

Le 21 décembre, l'ONU condamne à une large majorité (128 pays contre 9, avec 35 abstentions) cette décision du président américain. Le Premier ministre de l’Etat Juif, Mr Netanyahu a affirmé que Jérusalem a été toujours la capitale du peuple juif seulement. Puis répondant au président Macron, il a dit de manière cynique qu’on peut lire dans la Bible que Jérusalem est la capitale des Juifs Ashkénazes.

 

Les analystes affirment qu’un groupe de donateurs, les lobbyistes juifs et une frange d’extrémistes chrétiens ont exercé une pression sur le président pour qu’il respecte ses promesses électorales. Parmi ces donateurs, il y a Shelton Adelson et son épouse Miriam Oxone, maniaques des casinos qui ont à eux seuls versé 86 millions de dollars à la campagne présidentielle de 2016. Ils ont été aperçus dinant avec le président Trump le 2 octobre 2017. Des langues affirment que le déménagement de l’ambassade des USA à Jérusalem a été au menu de la rencontre.

 

Dans le milieu chrétien, cette décision est interprétée différemment. Certains y voient un pas vers l’accomplissement de certaines prophéties bibliques, d’autres la voient comme une imposture.

 

La décision du président américain a été influencée aussi par les chrétiens sionistes qui y voient une réalisation prophétique, notamment la prophétie contenue dans le livre de Daniel Chapitre 9 verset 26 à 27 ; 9:26 «  Et après les soixante-deux semaines, le Christ sera retranché dans la soixante-dixième semaine, et non pour lui. Et le peuple d'un conducteur qui viendra, détruira la ville et le sanctuaire, et sa fin sera dans ce débordement ; les désolations sont déterminées jusqu'au terme de la guerre. »

9:27 « Le Christ confirmera l'alliance en son sang avec plusieurs pendant une semaine; et à la moitié de la soixante-dixième semaine, il fera cesser le sacrifice et l'offrande par le sien; et pour le comble de l'étendue de leur abominations, il causera la désolation, même jusqu'à l'anéantissement; et ceci déterminé, sera répandu sur les destitués. »

 

À laquelle ils associent le verset3 du chapitre2 du deuxième épitre de Paul aux Thessaloniciens.

2.3 « Que personne ne vous séduise d'aucune manière ; car il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le fils de la perdition, 2.4l'adversaire qui s'élève au-dessus de tout ce qu'on appelle Dieu ou de ce qu'on adore, jusqu'à s'asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. »

 

D’après eux, ces passages signifient que les Juifs doivent construire un troisième temple à Jérusalem pour que l’antichrist vienne s’y asseoir et se proclamer Dieu. Ils ont inséré un intervalle de plus de 2000 ans entre les versets 26 et 27 afin d'arriver à la conclusion que le verset 27 se réfère à la cessation des sacrifices dans un troisième temple que les Juifs doivent construire. Ils tordent complètement le sens de ces versets bibliques pour arriver à une telle prophétie.

 

D’autres chrétiens sionistes, particulièrement ceux de l’union chrétienne pour Israël avec à leur tête John Hagee qui demandait que l’Iran soit bombardé à l’arme nucléaire pour protéger l’Etat juif, ont forcé le président américain à faire cette déclaration avant la fin de l’année 2017.

Pour le convaincre, ils parlent de jubilée qui part de la date de la déclaration de Balfour à laquelle ils ajoutent 50 ans pour arriver en 1967, année selon eux, où les Juifs ont pris le contrôle du mur des lamentations, puis il faut enfin ajouter 50 ans pour arriver à l’an 2017. Ils ont conclu que la déclaration doit être faite avant la fin de 2017 pour qu’elle ait une signification prophétique.

Evidemment tout cela n’est que de la fiction prophétique qui n’a rien à voir avec la Bible.

En résumé, le troisième temple est une ambition juive qui n'a rien à voir avec les chrétiens ou l'accomplissement de la prophétie biblique en ce qui concerne le retour du Seigneur Yeshoua, par     faire de Jérusalem la capitale des Juifs dans cette intention est de la pure hérésie.

L’Eglise d’Orient a, quant à elle, fait une déclaration en 2010 qui se démarque clairement de celle des chrétiens qui sont à la solde des Juifs sionistes.

Leur position est la plus sage, humaine et biblique, parce que fondée sur la justice.

 

La position de l’Eglise d’Orient.

 

Le retour à Sion, la terre promise au peuple élu : Pour la première fois dans le débat public international, l’Eglise d’Orient a mis en question le bienfondé théologique de la mise en œuvre de la notion de « terre promise » pour «justifier le retour des juifs en Israël et l’expatriation des Palestiniens» (3). Sujet tabou s’il en est, cette position a été affirmée par Mgr Cyrille Salim Bustros, à l’époque Archevêque de Newton (Etats-Unis) à l’occasion du synode des Eglises d’Orient, qui s’est tenu du 14 au 24 octobre 2010, au Vatican. Les évêques et patriarches orientaux y affirmaient qu’il « n’est pas permis de recourir à des positions bibliques et théologiques pour en faire un instrument pour justifier les injustices ».

« Pour nous, chrétiens, on ne peut plus parler de Terre promise au peuple juif », terme qui figure dans l’Ancien testament, car cette « promesse » a été « abolie par la présence du Christ ». Après la venue du Jésus, « nous parlons de Terre promise comme étant le royaume de Dieu », qui couvre la Terre entière, et est un « royaume de paix, d’amour, d’égalité (et) de justice », a ajouté le prélat, s’exprimant en sa qualité de président grec melkite catholique de la commission pour le message du synode pour le Moyen-Orient.

Ce synode est le premier synode de l’histoire de la chrétienté qui se tient au Vatican, en présence des représentants de l’Islam et du Judaïsme.

 

Position du Vatican

 

Le Vatican quant à lui n'accepte pas l'annexion de Jérusalem par Israël. Il préconise « un statut spécial, internationalement garanti et déclare moralement et juridiquement inacceptable toute décision et action unilatérale qui modifie son caractère spécifique et son statut ».

C’est dans ce conteste qu’il nous apparait opportun de faire la lumière sur d’abord, l’histoire de cette ville, ensuite d’apporter un éclairage définitif sur ce que les soi-disant Juifs cachent au monde au sujet de cette ville qui serait la leur parce que Dieu le leur aurait donnée.

 

L’histoire de Jérusalem ou Yehushalem

 

La ville de Jérusalem a toujours été l’objet de convoitise des peuples environnant depuis que le roi David l’a prise aux Cananéens particulièrement à la tribu des Jébusiens. En effet, la ville de Jérusalem ou Yehushalem fut fondée par un chef Cananéen fils d’Ham ou Cham qui, dans la langue hébraïque, porte le nom de « roi juste » La Bible l’appelle, Melchisédech, roi de Salem (Genèse, XIV, 18)) ; IL fut en effet le premier qui sacrifia à Dieu, en qualité de prêtre, le premier aussi qui construisit le sanctuaire et appela Jérusalem la cité nommée jusque-là Solyme ou Salem. Jérusalem est donc une ville fondée par des descendants Hamites, pas des Européens ni les Juifs actuels au visage pale. Nous lisons l’histoire dans le livre de Genèse ; Genèse 14.17. Après qu'Abram fut revenu vainqueur de Kedorlaomer et des rois qui étaient avec lui, le roi de Sodome sortit à sa rencontre dans la vallée de Schavé, qui est la vallée du roi. 14.18 Melchisédech, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin : il était sacrificateur du Dieu Très Haut. 14.19 Il bénit Abram, et dit : Béni soit Abram par le Dieu Très Haut, maître du ciel et de la terre14.20 Béni soit le Dieu Très Haut, qui a livré tes ennemis entre tes mains ! Et Abram lui donna la dîme de tout.

 

Cette ville habitée par les Jébusiens fut prise par le roi David, roi des Judaïtes, qui en chassa le peuple des Cananéens pour y établir le sien.

2 Samuel 55.6 Le roi marcha avec ses gens sur Jérusalem contre les Jébusiens, habitants du pays. Ils dirent à David : Tu n'entreras point ici, car les aveugles mêmes et les boiteux te repousseront ! Ce qui voulait dire : David n'entrera point ici. 5.7 Mais David s'empara de la forteresse de Sion : c'est la cité de David. 5.8 David avait dit en ce jour : Quiconque battra les Jébusiens et atteindra le canal, quiconque frappera ces boiteux et ces aveugles qui sont les ennemis de David... -C'est pourquoi l'on dit : L'aveugle et le boiteux n'entreront point dans la maison. 5.9 David s'établit dans la forteresse, qu'il appela cité de David. Il fit de tous côtés des constructions, en dehors et en dedans de Millo. 5.10 David devenait de plus en plus grand, et l'Éternel, le Dieu des armées, était avec lui.

 

Les Jébusiens Hamites sont chassés par les Descendants d’Abraham l’hébreu.

A la mort de David, son Fils Salomon né d’une Cananéenne, femme d’un Cananéen, (un Hethien) lui succéda. C’est lui qui construisit le Premier Temple à Jérusalem.

 

A la mort de Salomon, son fils Roboam né d’une Ammonite, lui succéda.

Dieu avait déjà arrêté de retirer 10 tribus aux descendants de David pour les attribuer à un descendant d’Ephraïm qui a séjourné aussi chez pharaon.

En ce temps-là, Dieu divisa Israël en deux royaumes, celui du Nord ; Israël avec pour capitale Samarie et celui du Sud ; Juda, avec capitale Jérusalem, la ville où se trouvait le Temple construit par Salomon.

 

C’est en ce moment qu’Azochée, roi d'Egypte, (Le Schishak de l'Écriture, vers 969 av. J.-C) s’empara de la ville de Jérusalem et la dépouilla de son trésor.

1Rois 14.25 La cinquième année du règne de Roboam, Schischak, roi d'Égypte, monta contre Jérusalem. 14.26 Il prit les trésors de la maison de l'Éternel et les trésors de la maison du roi, il prit tout. Il prit tous les boucliers d'or que Salomon avait faits.

 

Puis les Hébreux se rebellèrent contre Dieu qui envoya d’abord Salmanasar l’Assyrien attaquer Israël, le royaume du Nord et déporter les 10 tribus en exil. Environ 135 ans plus tard, Nebucadnetsar le Chaldéen, roi de Babylone vient attaquer à deux fois la ville, la troisième fois, dès qu'il fut maître de Jérusalem, la dévasta, et mit fin au royaume du Sud en déportant la population en Exil. Cela arriva, quatorze cent-soixante-huit ans et six mois après la fondation de Jérusalem selon Josèphus.

 

2 Rois 25.1 La neuvième année du règne de Sédécias, le dixième jour du dixième mois, Nebucadnetsar, roi de Babylone, vint avec toute son armée contre Jérusalem ; il campa devant elle, et éleva des retranchements tout autour. 25.2 La ville fut assiégée jusqu'à la onzième année du roi Sédécias. 25.8 Le septième jour du cinquième mois, -c'était la dix-neuvième année du règne de Nebucadnetsar, roi de Babylone, -Nebuzaradan, chef des gardes, serviteur du roi de Babylone, entra dans Jérusalem. 25.9 Il brûla la maison de l'Éternel, la maison du roi, et toutes les maisons de Jérusalem ; il livra au feu toutes les maisons de quelque importance. 25.10 Toute l'armée des Chaldéens, qui était avec le chef des gardes, démolit les murailles formant l'enceinte

de Jérusalem. 25.11 Nebuzaradan, chef des gardes, emmena captifs ceux du peuple qui étaient demeurés dans la ville, ceux qui s'étaient rendus au roi de Babylone, et le reste de la multitude.

 

La ville n’est pas à la fin de ses problèmes.

 

L’exil des Israelites a duré 70 ans comme l’avait annoncé Jérémie. Dieu a suscité Cirrus le Mède pour ramener les Hébreux chez eux afin de reconstruire le Temple, signe de leur repentance et leur retour au service de Dieu. Après le retour des Hébreux de l’exil babylonien, Antiochos le Grec, la petite corne de Daniel ; (Antiochos Epiphane, vers 170 av. J.-C), attaqua la ville et souilla le Temple.

Josephus nous donne les détails sur l’attaque d’Antiochus.  Ayant ainsi vaincu l'Egypte et pris le chemin du retour en l'année 143, Antiochos marcha contre Israël et sur Jérusalem avec une armée imposante.1:21Entré dans le sanctuaire avec arrogance, Antiochus enleva l'autel d'or, le candélabre de lumière avec tous ses accessoires, la table d'oblation, les vases à libation, les coupes, les cassolettes d'or, le voile, les couronnes, la décoration d'or sur la façade du Temple, dont il détacha tout le placage. Il prit l'argent et l'or ainsi que les ustensiles précieux et fit main basse sur les trésors cachés qu'il trouva. Il emporta le tout, et s'en alla dans son pays ; il versa beaucoup de sang et proféra des paroles d'une extrême insolence. Deux ans après, il envoya dans les villes de Juda, Mysarque, qui vint à Jérusalem avec une armée imposante. Le roi publia ensuite dans tout son royaume l'ordre de n'avoir à former tous qu'un seul peuple, de bannir du sanctuaire holocaustes, sacrifices et libations, de profaner sabbats et fêtes, de souiller le sanctuaire et tout ce qui est saint, d'élever autels, lieux de culte et temples d'idoles, d'immoler des porcs et des animaux impurs, de laisser leurs fils incirconcis, de se rendre abominables par toute sorte d'impuretés et de profanations. Les Grecs firent du mal dans le pays. Ils réduisirent Israël à se cacher dans tous ses lieux de refuge.

 

Le quinzième jour de Kisleu en l'an 145, le roi construisit l'abomination de la désolation sur l'autel des holocaustes dans le Temple et après avoir élevé un autel sur l'emplacement de l'ancien autel des sacrifices, il y immola des porcs, offrande interdite par la loi et les coutumes du culte des Hébreux. Il obligea ceux-ci, à abandonner le culte de leur Dieu.

 

Puis en 83 av J-C, ce fut le tour de Pompée le Romain qui assiégea la ville et la prit. Il souilla aussi son Temple. Pompée, général des Romains, vint assiéger et prendre Jérusalem : il souilla les choses saintes après avoir pénétré jusque dans les lieux interdits du Temple. Aristobule, qui avait été jusqu'à ce jour grand prêtre et roi par succession de ses ancêtres, fut envoyé par lui à Rome comme captif avec ses enfants. Pompée donna le pontificat suprême à Hyrcan son frère, et depuis ce moment, toute la nation Judaïte fut tributaire des Romains.

En 37 Av J-C, Sossius le Romain et Hérode l’Edomite s'emparèrent de la ville et la laissèrent intacte. Hérode, fils d'Antipater, amena Sossius, Sossius amena l'armée romaine ; les Hébreux furent encerclés, assiégés pendant six mois, jusqu'à ce qu'enfin ils furent pris en punition de leurs crimes et la ville mise au pillage par les ennemis. Tout cela a amené Josephus à dire : «C'est ainsi que jamais l'usage des armes n'a réussi à notre nation et que ses entreprises guerrières ont toujours abouti à la captivité. Car ceux qui ont en leur possession un lieu sacré, doivent laisser à Dieu le jugement sur toutes choses et mépriser le secours des bras, quand ils savent persuader le Juge d'en haut.

 

Puis le Seigneur Yeshoua le Messie naquit.

 

Durant le ministère du Seigneur Yeshoua au moment où il montait à Yehushalem pour s’offrir comme une victime expiatoire sur la croix, il a non seulement pleuré sur Yehushalem, mais Il a annoncé comment une armée étrangère allait assiéger la ville, détruire son Temple et exterminer une grande partie de sa population.

 

C’est ce qui s’est passé avec les Romains. Titus fils de Vespasien prit Jérusalem, la deuxième année du principat de Vespasien, le huit du mois de Gorpiée (26 septembre 70). Ce fut lors de la première révolte ; soit 35 ans après la résurrection de notre Sauveur. Il détruit la ville et son temple en renversant pierre sur pierre ; ne laissant rien des traces du temple et de son emplacement. Le prince Titus a accompli la prophétie de Daniel qui annonçait qu’à la fin des 70 semaines, un prince allait détruire le temple et la ville.

 

(Les Juifs ashkénazes qui ont la culture du mensonge font croire au monde que les murs de lamentation sont une partie du Temple, ce qui est un gros mensonge, le Temple n’était pas construit à cet endroit). Tout cela a été détaillé dans le livre Les vrais Israelites sont de race noire. D’après Josephus, depuis le roi David qui, le premier des Judaïtes, régna sur Jérusalem jusqu'à sa destruction par Titus. Il s'écoula onze cent-soixante-dix-neuf ans, depuis sa fondation jusqu'à sa dernière catastrophe deux mille cent-soixante-dix-sept ans. On voit que ni son antiquité, ni sa grande richesse, ni la dispersion de son peuple dans le monde entier, ni la réputation partout acceptée de son culte ne la préservèrent de la ruine. Telle fut donc l'issue du siège de Jérusalem».

Ainsi cette révolte des Judaïtes a amené la destruction de Jérusalem et de son Temple.

 

La dernière révolte va définitivement sceller le sort des Hébreux et leur nation.

La dernière révolte a eu lieu en 135, sous Bar-Kokhba de la tribu de Juda, le fils de la perdition, le faux christ. Cette révolte contre les Romains va sceller définitivement le sort de la ville et des Hébreux qui seront interdits de séjour dans la ville : Le nom de la ville sera alors changé en Aélia Capitolina en l’honneur de Jupiter et Israël sera changé en Philistinian Syrie /Palestine. Ceci sous l’empereur Adrien.

Les Hébreux chassés définitivement de leurs terres, se sont alors dispersés aux confins de l’empire romain et plus particulièrement en Ethiopie qui en ce moment s’étendait du territoire de l’actuel Arabie jusqu’ au Yémen.

Voilà l’histoire de Yehushalem sous les Hébreux descendant d’Abraham Isaac et Yacob.

 

Depuis l’an 135, les Hébreux sont encore dans la dispersion, et ils y sont même jusqu’à présent, ils ne sont pas encore retournés.

 

Mais l’histoire de Jérusalem ne se limite pas à la fin d’Israël. La ville a été encore pendant des siècles l’objet de guerre pour sa possession. Les Perses, les Arabes, les Fatimides, les Seljukide Turcs, les Croisées, les Egyptiens, les Mameloukes et Islamistes l’ont occupé. En dehors des Turcs, aucun de ces peuples n’était de race différente de celle des premiers Cananéens. Puis, les Turcs ottomans ont conquis le territoire de l’ancienne Anatolie et tout le moyen Orient, ils ont pris la ville de Jérusalem et l’ont occupée jusqu’en 1917 après la première guerre mondiale.

 

Après, la première guerre mondiale, la grande Bretagne a pris le contrôle de la Palestine et de la ville de Jérusalem, jusqu’à ce que les Nations-Unies annoncent l’Independence d’un Etat juif appelé Israël en1948 alors qu’il était prévu l’annonce de deux Etats, un Etat palestinien et un autre juif.

Cette indépendance repose sur une promesse faite au baron Rothschild par le ministre anglais de l’époque ; Lord Balfour. Au cours de la première guerre mondiale au moment où l’Allemagne avait pratiquement gagné, une délégation juive est venue promettre aux anglais de faire rentrer les Etats-Unis d’Amérique dans la guerre à leur côté. En retour, ils ont demandé les terres de Palestine. La déclaration de Balfour est la preuve écrite de cette promesse des Anglais faite à lord Rothschild.

 

Telle est résumée l’histoire la ville de Jérusalem. Tout cela est détaillé dans le livre1: Les Juifs actuels sont des faux Israelites de votre serviteur.

 

L’EXIL DES HEBREUX CONTINUE

 

Depuis 135 de notre ère, date à laquelle l’empereur romain a définitivement mis fin à l’existence d’Israël, les Hébreux ont été renvoyés de leurs terres et sont en exil jusqu’à présent.

Si les Hébreux sont encore en exil, qui sont ces gens qui se font appelés Juifs et qui, selon l’histoire, se sont installés sur les terres des anciens Israelites ? Qu’en est-il alors de la création de cet Etat qui existe depuis 1948, qui se fait appeler Israël et dont le peuple de race blanche, se fait passer pour les Hébreux qui ont vécu sur ces terres depuis des millénaires ?

 

C’est à ces questions que nous allons répondre maintenant. Avant la conquête du pays de Canaan, -nom que portait le territoire de l’actuel Israël- Dieu a fait jurer par deux fois les Hébreux sur le respect des conditions à remplir en permanence pour vivre sur les terres et recevoir les bénédictions attachées à cette terre que lui, Dieu leur donnait. DIEU a aussi défini clairement les conditions que les Hébreux doivent remplir avant que, lui Dieu, non les Nations-Unies ou une quelconque famille nommée Rothschild, les ramène du lieu de leur exil après qu’il les aurait chassés.

 

L’ISRAEL ACTUEL NE REMPLIT EN RIEN CES CONDITIONS. Ceci a été développé ailleurs. Qui sont donc ces gens qui prétendent être les Israelites de la Bible qui sont retournes? En 2014, le Premier ministre de l’Etat juif, Mr Netanyahu a fait conduire une étude par ses universitaires afin d’établir la vérité sur la thèse de Arthur Koestler. Arthur Koestler est l’auteur juif qui a dans son livre La treizième tribu, démontré que les Juifs actuels sur les terres de Palestine ne sont pas les Hébreux de la Bible.

 

Shlomo Sand, un autre Juif, décrie cette imposture dans son livre : Comment le peuple juif fut inventé. Mais ils ne sont pas les seuls juifs à révéler la vérité, le Dr Alfred M. Lilientha, un autre Juif a, dans un discours au Club Cornell de Washington DC, le 10 septembre 1985, révélé que le lien khazar-juif a été vérifié par de nombreux éminents anthropologues : « Beaucoup des Juifs de nos jours qui veulent venir en Palestine n'ont jamais eu d’ancêtres physiques dans cette partie du monde. L'écrasante majorité des Juifs sont des descendants de Khazars convertis qui ont adopté le judaïsme ». Puis de continuer : « Ces Juifs "ashkénazes d'Europe de l'Est, ces Khazar Juifs », dont les chiffres ont été gonflés par les Juifs qui ont fui l'Allemagne à l'époque des Croisades, et pendant la Peste noire, ont peu ou pas de trace de sang sémitique ». La non-appartenance ethnique de la plus grande partie de la communauté juive est soutenue par d’éminents anthropologues comme Ripley, Weissenberg, Hertz, Boas, Pittard, Fishberg, Mead et autres.

 

Dans la même lignée, Le rabbin Cyril Stanway a fait lui aussi une déclaration dans laquelle il admettait que, les Juifs d'aujourd'hui ne sont pas Israélites. Cette confession a été faite dans “Points de vue" du Jeudi 8 novembre 1990, dans le Sun-Nouvelles (Las Cruces, Nouveau-Mexique). Il dit ceci : « De nombreux Juifs ne sont pas d'origine sémitique. «Nous sommes les descendants religieux, spirituels, et nationaux, mais pas génétiques de ceux qui étaient des Sémites, qui ont d'abord formé les bases au début du judaïsme ».

 

En d'autres termes, le rabbin Stanway a admis que de nombreux Juifs ne sont pas des Sémites mais qu’ils ont adopté le Judaïsme comme leur religion. Puisqu’ils ne sont pas des Sémites, les Juifs d'aujourd'hui ne peuvent pas être de la lignée d'Abraham, car Abraham était un sémite descendant de Sem, fils de Noé.

 

Ces honnêtes Juifs ne sont pas les seuls à dénoncer les faux hébreux, Henry Ford, Colonel John Beaty, ainsi que de nombreux auteurs chrétiens ont eux aussi exposé le mensonge des Juifs. Pour plus de détails, nous vous conseillons de vous procurer le Comment les Juifs actuels sont des faux Israelites, version livret.

Cette non-descendance génétique a été confirmée par les recherches d’un autre Juif généticien Israélo Elhaik; En 2012, une étude génétique majeure des ashkénazes a été menée par l'Universitaire Johns Hopkins généticien Eran israélo-Elhaik. Il se concentre sur les éléments de preuve génétique convaincante que les racines de Juifs d'Europe orientale ne sont pas seulement dans le Moyen-Orient, mais, peut-être plus encore, dans le Caucase, le cœur montagneux de l’ancienne Khazar.

Son équipe est obligée de rechercher cette possibilité parce que le dépistage génétique des Ashkénazes continue de révéler un pourcentage élevé de gènes particuliers seulement à la région montagneuse relativement isolée du Caucase. Après avoir réalisé une étude génétique approfondie des Ashkénazes dans le monde entier, il lance une analyse encore plus approfondie dans son " Projet ADN Khazar », spécialisée dans les tests Juifs de la région des Khazars lui-même.

Ses résultats donnent ceci : Nos premières analyses ont révélé de lien génétique étroit des Juifs d'Europe et des populations du Caucase et repéré à l'origine biogéographique des Juifs d'Europe vers le sud des Khazars. Nos résultats ont rejeté l'hypothèse Rhénanie et défendent la thèse que les Juifs d'Europe orientale sont judéo-Khazars origine. Ce qui veut clairement dire que les résultats montrent que les Juifs ashkénazes sont originaires des montagnes du Caucase dans la région appelée au 8ème siècle après JC, Khazarie.

 

La publication de ces mêmes résultats d‘Elhaik a amené Kissinger à convoquer une conférence de presse au cours de laquelle il a affirmé en 2012 que dans 10 ans, Israël n’existera plus. Cindy Adams du New York Post a insisté pour dire : " Henry Kissinger a déclaré - et je cite mot pour mot :« Dans 10 ans, il n'y aura plus d’Israël. "

Pourquoi ce remue-ménage après la publication des résultats des tests génétiques ? Parce que la création de ce monstre au Moyen Orient par les Rothschild répond à un plan précis. Simon Schama, dans son livre, ‘Deux Rothschild et la terre d'Israël’ (1978) nous éclaire sur le but de la création de ce monstre :

« La Maison de Rothschild a financé le nazisme et a ensuite fondé l'Etat d'Israël, non pas comme une Nation pour le peuple Juif, mais comme une base pour exploiter un réseau mondial de la terreur et de manipulation politique. L'influence de son bras de renseignement, le Mossad, est vaste pour ce minuscule pays, car il est financé par la puissante élite mondiale des Rothschild. La devise du Mossad est sans doute la devise la plus dégoûtante de tous les services secrets dans le monde : « Par la tromperie, tu feras la guerre ».

Les sionistes prétendent depuis longtemps que la terre revendiquée d’Israël revient de droit au peuple juif, que les conquêtes successives de différents empires ont évincé et dispersé, ce que l’on a appelé la diaspora. Apporter la preuve que les ashkénazes, qui forment l’essentiel de la population israélienne, ne sont pas historiquement liés à la Palestine remet en question le principe même d’Israël comme étant la patrie millénaire du peuple juif.

 

Les preuves génétiques d’une population khazar migrante venue d’Europe et qui revendique aujourd’hui des origines ancestrales en Palestine disqualifient sérieusement les prétentions sionistes sur cette terre. Le régime de M. Netanyahou a pris très au sérieux les résultats des tests génétiques d’Elhaik. Il a lancé le projet de création d’un second Israël sur leur véritable terre d’origine en Ukraine.

 

Le Times of Israël, journal israélien indépendant dont le comité de rédaction compte des anciens journalistes du quotidien Ha’aretz, a publié un papier passionnant qui n’a pourtant pas fait grand bruit. L’article en provenance de Jérusalem et Zhitomir, daté du 16 mars 2014 et écris par Hirsh Ostropoler et I. Z. Grosser-Spass, correspondants russes et ukrainiens du journal, fait mention d’un rapport confidentiel remis au gouvernement israélien. Ce rapport, établi par un comité d’experts en histoire juive et reposant sur des sources universitaires, parvient à la conclusion que les Juifs européens descendent en réalité des Khazars, peuple guerrier d’origine mongole et tatare ayant dominé l’Ukraine et la Russie méridionale et s’étant converti en masse au judaïsme au VIIIè siècle.

 

L’administration Netanyahou a donc en sa possession un rapport confidentiel confirmant que les juifs ashkénazes ne sont pas originaires du Levant, mais sont les descendants des Khazars, ce peuple mal connu fondateur d’un empire juif au dixième siècle sur les rives de la mer Noire. Ceci explique pourquoi certains sionistes voient en l’Ukraine un possible second Israël.

 

Si M. Netanyahou a en sa possession un tel rapport, pourquoi alors pousse-t-il le président américain à tomber dans un tel mensonge; Pourquoi prend-il à témoin la Bible? La réponse est clairement donnée par l’auteur en chef des massacres de sabra et shatila, l’ancien Premier ministre israélien, Ariel Sharon, qui disait le 3 octobre 2001 ceci :

« Chaque fois que nous faisons quelque chose, vous me dites que l'Amérique fera ceci et cela. Je veux vous dire quelque chose de très clair : Ne vous inquiétez pas au sujet de la pression américaine sur Israël. Nous, le peuple Juif, contrôlons l'Amérique, et les Américains le savent ».

 

Rien qu’à jeter un coup d’œil sur la composition de l’administration des présidents américains qui se sont succédé depuis longtemps pour comprendre que cette décision du président Américain est celle du lobby Juif qui contrôle ce pays et qui inspire les chrétiens évangélistes sionistes qui, comme John Hagee, prêchent l’extermination des Iraniens à l’arme nucléaire pour permettre à ce monstre de continuer à semer la terreur dans le monde.

Nous continuons la citation du journal. « L’établissement du fait que les Juifs d’Europe centrale et d’Europe de l’est n’ont pas de légitimité historique en ce qui concerne leurs revendications sur la Palestine a créé bien des remous en Israël et ailleurs.

 

Les journalistes du Times of Israël racontent aussi pourquoi, selon l’assistant anonyme de Netanyahou, le gouvernement israélien s’efforce de mettre en place une implantation israélienne massive en Ukraine : « Comme l’a dit le Premier ministre, personne ne saurait dire aux Juifs où ils doivent vivre en tant que peuple souverain. Il est prêt à faire d’importants sacrifices au nom de la paix, même si cela implique de renoncer à notre terre biblique de Judée-Samarie. Par contre, il faut s’attendre à ce que nous fassions valoir nos droits historiques ailleurs. Nous avons décidé que cela se ferait sur les rives de la mer Noire, là où nous fûmes un peuple autochtone pendant plus de 2 000 ans. L’historien non-sioniste Simon Dubnow lui-même a déclaré que nous étions en droit de coloniser la Crimée. Tous les livres d’histoire en parlent. Vous pouvez vérifier par vous-même ».

 

Si M. Netanyahu a affirmé en présence de son frère Juif, le président Français, Mr Macron que la Bible indique Jérusalem comme capitale du peuple khazar appelé Juifs c’est tout simplement pour se moquer des Chrétiens et de la Bible. Ce cynisme du Premier ministre va de pair avec les déclarations d’un autre Juif qui insulte les chrétiens comme étant des stupides qui suivent bêtement le mensonge et les fausses doctrines et théologies des Juifs. Voici ce que dit le politicien Rosenthal : « Beaucoup de nos rabbins détiennent maintenant des postes de professeurs dans des séminaires théologiques censés être chrétiens. Nous sommes stupéfaits par la "stupidité des chrétiens qui acceptent la tromperie de nos enseignements et qui les propagent comme les leurs».

Vous comprenez d’où vient cette fausse interprétation biblique de la prophétie de Daniel citée plus haut.

 

Un autre juif confesse que les Juifs s’enrichissent au travers les guerres et la mort des chrétiens. En 1869, juste après la guerre civile, un rabbin juif éminent nommé Reichhorn, parlant à l'enterrement de Grand Rabbin Simeon Ben-Juda à Prague, a déclaré:

"Grace à la terrible puissance de nos Banquiers Internationaux, nous avons forcé les chrétiens à faire sans cesse des guerres. Les guerres ont une valeur particulière pour les Juifs, car le massacre des chrétiens donne plus d’espace à occuper aux Juifs. La guerre est la récolte des Juifs. Les banques Juives s’engraissent sur les guerres chrétiennes. Plus de 100 millions de chrétiens ont été balayés de la surface de la terre par les guerres, et la fin n’est pas encore proche. " (Rappelez-vous, cette déclaration a été faite avant que les guerres mondiales I et II, aient tué des millions de chrétiens supplémentaires - et les Juifs ont le culot de parler de l'Holocauste). Par Jack Mohr C.P.D.L, Brigadier General américain.

 

Ces gens que la Bible appelle synagogue de Satan ont réussi à tromper certains chrétiens qui pratiquement les adulent. Toute l’histoire des Hébreux n’a absolument rien à voir avec les gens à la peau pale qui prétendent être les Israelites de la Bible qui sont retournés sur leur terre, ceux que l’on appelle les Juifs mais qui était, il y a un siècle, appelés Yiddish.

 

Dieu a conclu une alliance avec un peuple qu’on appelle, les Hébreux ou Israelites du nom de leur père Jacob rebaptisé Israël : C’est donc une alliance avec une famille qui a donné ce qu’on appelle les 12 tribus d’Israël. Dieu n’a jamais établi une quelconque alliance avec des gens qui se font appeler Juifs parce qu’ils se sont installés sur les terres des anciens Hébreux. Israël actuel n’est ni l’Israël de la Bible ni l’accomplissement d’une quelconque prophétie sur le retour des Hébreux sur leur terre.

Cette hypocrisie de M. Netanyahu lui est dictée par les enseignements contenus dans le livre diabolique des Juifs appelé le Talmud. Ce livre est un ramassis de

blasphèmes et d’insultes au Seigneur Yeshoua qu’il affirme être en enfer en train de bouillir dans des excréments, et de Marie qu’il appelle une prostituée.

Comment ces imposteurs avec à leur tête un Premier ministre qui menace qui il veut, humilie qui il veut et s’invite même à des réunions de la CEDEAO parce qu’il se croit le centre de l’univers, peuvent-ils prétendre avoir Jérusalem comme leur capitale, s’ils ne sont pas les Hébreux de la Bible ?

 

C’est là la plus grande question qui doit être posée à ces Juifs qui ne parlent pas l’hébreu des vrais israélites, mais le Yiddish, la langue des Khazars et que la Bible appelle Synagogue de Satan.

 

Les pays africains qui ont condamné la décision du président américain ont parfaitement raison. Ils ne doivent pas craindre une quelconque représailles des Etats-Unis. Ils ont la possibilité, eux, de rompre les relations avec cet Etat peuplé de faux Israelites et qui a la culture du mensonge et de la violence.

Certains rabbins juifs ne confessent-ils pas qu’eux, les Juifs, sont le peuple élu de Lucifer et que Lucifer est bien vivant ?

 

Mettre fin au relations diplomatiques avec le régime de Netanyahu ne fera que leur ouvrir les portes de la bénédiction divine aux pays africains. Ils ne doivent pas craindre un pays créé par un homme et qui lui appartient. Lord Rothschild ne disait-il pas : J’ai suffisamment accumulé de richesse pour ne pas attendre l’Israël de Dieu mais m’en acheter un ?

 

Les Anglais qui ont au travers la déclaration de Balfour ouvert la voie à ses Juifs ashkénazes pour envahir la Palestine, savaient très bien que ces gens n’étaient pas les Israélites de la Bible. A l’époque, Lord Moyne qui était secrétaire d'Etat britannique, déclarait en 1942 au Caire, que :

« Les Juifs ne sont pas les descendants des anciens Hébreux, et qu'ils n'avaient pas de revendication légitime sur la Terre Sainte». Le 6 novembre 1944, Lord Moyne fut assassiné par deux membres du Gang Stern (groupe Yitzhak hamir)

Pour plus d’informations, nous vous recommandons le livre COMMENT LES JUIFS ACTUEL SONT DES FAUX ISRAELITES de Jean Boa.

Qui a le droit de revendiquer la propriété de JERUSALEM ?

 

Jérusalem ne peut pas être la capitale des imposteurs juifs ashkénaze, parce qu’elle n’a jamais été peuplée de ces soi-disant Juifs au visage pale.

Pour bien comprendre quel peuple était là pendant les Temps bibliques, il faut analyser la citation de l’ancien Premier ministre, Egyptien Abdel Nasser qui faisait une importante révélation ;

Le président Egyptien Abdel el Nasser a fait la déclaration suivante au sujet des Juifs : « Je n’aurai aucun respect pour les juifs actuels, parce qu’ils ont quitté la Palestine comme étant des noirs et sont revenus complètement blancs ».

Jérusalem a été créée par les Jébusiens descendants de Canaan, descendants de Cham ou Ham. Jérusalem a donc été fondée par des Hamites dont le premier roi fut Melchisédech. Les premiers habitants de Jérusalem étaient des purs Nègres.

 

La ville fut conquise par David qui lui, est un descendant de Jacob, descendant d’Isaac, descendant d’Abraham. Abraham est un sémite qui vient de la ville de UR en Mésopotamie. Une région où est apparue la première civilisation après le déluge appelée la civilisation sumérienne. Les fouilles archéologiques ont prouvé que les habitants de cette région ressemblaient aux habitants actuels de l’Afrique subsaharienne d’ailleurs, les habitants de cette région se faisaient appeler les hommes à la tête noire.

 

Abraham vient d’une ville qui était peuplée par des Noirs, comment pouvait-il ressembler aux imposteurs Juifs qui occupent les terres de Palestine aujourd’hui ?

La Bible va plus loin en indiquant que le premier homme à dominer les hommes fut un Ethiopien nommé, Nimrod fils de Cush, fils de Ham. C’est lui qui a dominé sur de nombreuses villes et plusieurs en Mésopotamie, c’est lui aussi l’initiateur de la tour de Babel.

 

Selon le livre de Genèse 10 :

Les fils de Cham furent: Cusch, Mitsraïm, Puth et Canaan. 10.7 Les fils de Cusch: Saba, Havila, Sabta, Raema et Sabteca. Les fils de Raema: Séba et Dedan. 10.8 Cusch engendra aussi Nimrod; c'est lui qui commença à être puissant sur la terre. 10.9 Il fut un vaillant chasseur devant l'Éternel; c'est pourquoi l'on dit: Comme Nimrod, vaillant chasseur devant l'Éternel. 10.10 Il régna d'abord sur Babel, Érec, Accad et Calné, au pays de Schinear. 10.11 De ce pays-là sortit Assur; il bâtit Ninive, Rehoboth Hir, Calach, et Résen entre Ninive et Calach; c'est la grande ville.

 

La version de la Bible l’Epée précise ;

De cet empire-là, il (Nimrod l’Ethiopien) sortit en puissance, et il bâtit Ninive, Rehoboth-Ir, Calach, Et Résen, entre Ninive et Calach; c'est la grande ville.

 

Voici un Ethiopien qui règne sur les villes de la Mésopotamie et qui bâtit d’autres villes. Toujours dans la région d’où vient Abraham. Mais le livre du Juste va plus loin pour dire que le père d’Abraham était membre du gouvernement de Nimrod. Où voyons-nous des Blancs ici ?

C’est ce qui a amené des éminents archéologues à affirmer que les Assyriens, les Chaldéens, les Perses ou élamites, tous les anciens peuples de la Mésopotamie étaient tous des Noirs.

David est un descendant d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. David est Sémite et Israelite. Il est évident que le roi David qui a conquis Jérusalem des Jébusiens était absolument un vrai nègre au teint clair version Darby. David n’était pas un blond comme le dit la version Louis second. Le mot hébreu utilisé pour décrire David est le même utilisé pour décrire Esaü fils d’Isaac, frère jumeau de Jacob.

Nous sommes donc en présence d’une ville fondée par des Jébusiens descendants de Canaan, descendants de Ham et conquis par des Hébreux qui étaient des nègres. Jérusalem a toujours été une ville habitée pendant les temps bibliques par des peuples Noirs, des Nègres. Pour plus d’informations et preuves sur la race des Hébreux, nous vous recommandons le livre LES VRAIS ISRAELITES SONT DE RACE NOIRE de Jean Boa.

 

Mais nous allons un peu plus loin.

Les Arabes qui ont par la suite conquis la ville de Jérusalem et qui y ont construit la fameuse mosquée Al-Aqsa étaient décrits par les croises comme des personnes noires comme la suie. ; Les Arabes, qui habitaient ce pays, avaient tous fui, à l'exception de quelques misérables plus noirs que la suie, et que nous laissâmes là comme la plus vile herbe des mers. Foulcher de chartres. Histoire des croisades : Chapitres XVI à XXX.

 

Il n’a jamais existé des Sémites blancs.

 

Pour plus de détails, nous vous recommandons le tome 3 de la série LE VOILE DECHIRE dont le titre est : LES ANCIENS NOIRS DE LA MESOPOTAMIE ET LE PEUPLE ETHIOPIQUE D’ARABIE de Jean Boa.

Comprenez que cette histoire des Juifs à la peau blanche se réclamant descendants des Hébreux est le plus grand canular de l’histoire, un mensonge diaboliquement caché aux yeux des Nations.

Les Juifs actuels n’ont absolument pas droit sur les terres de Palestine, à plus forte raison de proclamer Jérusalem comme leur capitale. Cette ville appartient aux pays africains où se trouvent encore éparpillés les vrais Hébreux qui ont écrit la Bible et dont descend Yeshoua le sauveur.

Les Juifs, y compris M. Netanyahu le savent très bien.

La prochaine fois que M. Netanyahu se présentera à une quelconque réunion soit de l’UA ou la CEDEAO, les chefs d’Etats africains doivent l’inviter à prendre simplement la porte. C’est son pays qui se cache derrière la décision américaine y compris les menaces du président Trump.

Que Dieu vous bénisse

 

Jean Boa

Chercheur


 

Lu 172 fois