шаблоны сайт визитка joomla
Скачать шаблоны Joomla 3.5 бесплатно
jeudi 15 novembre 2018
lhorizoninfo.com/photos/DR

Côte d'Ivoire / Reprise des régionales dans le Guemon, mécontent, Méambly dénonce des manœuvres de Mabri et fait des révélations

L'épisode des révélations en ce qui concerne la reprise des élections régionales dans la région du Guemon (Ouest) continue.


Le président sortant du conseil régional du Guemon, Évariste Méambly dans une vidéo transmise à KOACI ce dimanche 28 octobre à midi et postée sur son réseau social Américain, dénonce les manœuvres d'intoxication du ministre Albert Mabri Toikeusse à Facobly, dans le département du député.

Côte d'Ivoire : Reprise des régionales dans le Guemon, mécontent, Méambly dénonce des manœuvres de Mabri et fait des révélations

Évariste n'est pas passé par le dos de la cuillère pour dénoncer les actes du ministre qu'il qualifie d'injustes.

Le député de Facobly a trouvé inadmissible que Mabri exerce une pression sur des chefs de communautés et sur des chefs traditionnels afin que ces derniers usent de le pouvoir pour que les populations de Facobly votent contre lui. "De plus en plus, il revient et ce de manière récurrente que le ministre Albert Mabri Toikeusse appelle les habitants de Facobly à voter contre Evariste Meambly moyennant de fortes sommes d’argent", peut-on lire sur son réseau social Américain.

Dans cette même vidéo, le député Evariste Méambly dit avoir octroyé un prêt d'un montant d'un milliard à Albert Mabri Toikeuse depuis plusieurs années et qui jusque-là n'a pas encore été remboursé. Il réclame que qu'Albert Mabri Toikeusse lui restitue son argent.

Pour rappel, les élections régionales ont été invalidées dans la région du Guemon par la commission électorale indépendante (CEI) pour des fraudes massives constatées à Facobly, département de Méambly.

Le mardi 22 octobre dernier, Évariste Méambly qui tentait de faire une conférence de presse à Cocody Angré pour dit-il faire des révélations sur les fraudes constatées à Facobly a été empêché par la police (...)

Jean Chrésus

 

Lu 41 fois