шаблоны сайт визитка joomla
Скачать шаблоны Joomla 3.5 бесплатно
jeudi 15 novembre 2018
Source: lhorizonninfo.com/Photo/DR

Littérature / Voici le combat d’Abondio pour la dignité des femmes

« Je suis restée debout. Vivante »

Le combat d’Abondio pour la dignité des femmes

« Mention spéciale » du Prix national Bernard Dadié 2017, et sélectionné en finale du Prix du Salon du livre d’Ile de France de Mennecy 2018, « Je suis restée débout. Vivante », l’ouvrage de la jeune écrivaine franco ivoirienne Evelyne Abondio, est un pur délice. Pour cause, cette transfuge du Lycée Sainte-Marie de Cocody, plonge le lecteur dans l’univers de trois jeunes femmes. Contraintes de renoncer au monde tel qu'elles l'ont toujours connu. L'auteure nous fait accompagner ces femmes à travers des rencontres essentielles, et les horreurs auxquelles elles font face. Pourtant, jamais ne seront utilisées des descriptions inutilement sordides ou des grandiloquences pompeuses : simplement une justesse des mots, une pudeur des personnages et une compréhension naturelle partagée entre ces femmes, l'auteure et le lecteur. Il y a d'abord, Émeraude, institutrice, qui s'éteint à petit feu dans un mariage malheureux. Puis, Flora, élève ingénieur agronome en pleine crise existentielle. Et enfin, Fatima, étudiante en droit qui tente de donner un sens à sa vie. Elles vivent à Diamonda, un pays imaginaire situé en Afrique. Le virage que prennent leurs destins est l'occasion, pour ces femmes intelligentes, sensibles et généreuses, de faire le point sur leurs rêves, leurs ambitions... Les épreuves traversées les forcent à se débarrasser du superflu et à arriver à percevoir que l'essentiel se trouve au cœur de leur conscience. En cela, elles sont aidées par des personnages secondaires hauts en couleur, des passeuses de vérité : une politicienne militante de la paix, une déesse de la mer aux allures de patronne de bar, une assistante sociale en fuite, une infirmière à la retraite prête à sacrifier sa vie, une avocate intrépide…D'une grande sobriété d'écriture, au propos aussi émouvant qu'efficace, ce roman démontre la difficulté à devenir, et à être une femme, lorsque la marche du monde dérape vers la violence. Et pourtant, au-delà de l'Afrique, même dans les pays dit civilisés, les femmes doivent se battre sans cesse pour garder leurs acquis et pour conquérir d'autres droits. Comme le disait Simone de Beauvoir, en 1949, dans son essai, "Le deuxième sexe" : "On ne naît pas femme, on le devient."

Sephora


 

Lu 1027 fois